Racontée par la Mère de Majing

Ma fille a été atteinte de la schizophrénie en 1988.  Juste avant qu’elle ne finissait ses études  au collège, elle  a été effrayée par un pilleur de sac à main, elle ressentait un terrible mal de tête comme si cette dernière lui a été arrachée. Depuis, son âme ne lui tenait plus au corps, elle faisait continuellement des fugues, l’agent de police la ramenait maintes fois à la maison. Elle se bredouillait  toute seule,  faisant des gestes incompréhensibles à la main. Elle jetait, cassait les objets qu’elle trouvait, et ne dormait pas la nuit.

Nous avons beau essayé tous types de traitement : occidental, chinois traditionnel… Entre-temps mon mari est décédé, m’a laissé gérer ma fille toute seule. N’arrivant plus à y faire face, j’ai envoyé ma fille dans une clinique psychiatrique. Néanmoins, on n’a eu aucune amélioration, et ma fille faisait toujours des fugues…

En janvier 2010, j’ai croisé par hasard dans une conférence une femme bouddhiste qui pratiquait le Dharma de Guan Yin Citta. Elle m’affirmait que ma fille était atteinte d’une maladie mentale, à cause d’un esprit étranger résidant dans son corps.  La seule solution pour la guérir était de réciter les Petites-Maisons. Elle m’a ensuite expliqué comment réciter les soutras et les Petites-Maisons. J’ai récité pendant deux semaines, ma fille continuait à casser et à hurler. La bouddhiste m’a appris qu’il fallait que je communique avec l’esprit étranger dans son corps en lui demandant de quitter son corps et en l’assurant avec les Petites-Maisons que j’allais lui réciter. (Attention : Cela ne se fait plus maintenant. Pour la sécurité de tous les pratiquants, nous vous conseillons vivement de communiquer uniquement et directement avec Bodhisattva de la Grande Compassion.)

L’esprit étranger a même été entré dans le corps de la bouddhiste, disant qu’il était l’esprit de la tante défunte de ma fille appelée Ma xiaocui. Cette dernière nous a quittés quand ma fille était encore toute jeune.

J’ai compris qu’il fallait que j’aide cet esprit aller à un endroit meilleur de l’Au-delà avec les Petites-Maisons. Je récitais jour et nuit des Petites-Maisons pour ma fille. Petit à petit, ma fille est devenue toute joyeuse, et on lui a même diminué la dose de son médicament (1 gélule par jour contre 3 auparavant).

De 2010 jusqu’à maintenant Fin 2011, j’ai récité au total 433 « petites maisons », ma fille  est  maintenant devenue presque autonome : capable de s’occuper d’elle-même,  m’aider à faire le ménage,  et de sortir toute seule pour faire des courses.  Notre vie après 23 ans de souffrances, est enfin devenue normale.

Je remercie Bodhisattva de la Grande Compassion, Maitre LU Junhong, ils ont sauvé la vie de ma fille et celle de toute ma famille. La Petite-Maison est le meilleur médicament pour ma fille. J’ai fait les vœux de passer le reste de ma vie à faire connaitre la Porte du Dharma de Guan Yin Citta à ceux qui souffrent de la schizophrénie, et de diffuser les valeurs bouddhistes pour en faire bénéficier une population toujours plus large.