Chaque idée et chaque comportement dans la vie actuelle peut entraîner la formation de la dette karmique. La cupidité, la colère et l’illusion, l’Ego (la conscience persistante du Soi) et l’Autre (la conscience persistante de l’Autre), tous sont à la source de la dette karmique. Comment éviter la formation de cette dette karmique ?

Premièrement, par le respect des commandements bouddistes et la rectification de son comportement selon ces préceptes. Corriger ses défauts, changer ses mauvaises habitudes, améliorer son tempérament, et se défaire de la cupidité et de la colère. Nous avons chacun des habitudes différentes, ou un tempérament différent. « Moi, je suis franc justement, je dis tout ce que je pense», est-ce possible, avec un tel tempérament, de coexister avec les autres ? Lorsqu’on fait semblant de connaître ce qu’on ne connaît pas, on crée une dette karmique verbale. On crée une dette encore plus importante lorsqu’on n’honore pas les Bouddhas et les Bodhisattvas. Si vous ne vous corrigez pas, ni ne respectez les préceptes, et que vous continuez de manger de la viande et de boire de l’alcool, comment pouvez-vous purifier votre cœur ?  Le respect des préceptes, que sont « JIE, DING, HUI» (en chinois), c’est-à-dire le précepte, DING, et la Sagesse, est le socle fondemental dans la rectification de nos comportements . On réduit les occasions de créer de la dette karmique seulement lorsqu’on se corrige et que l’on respecte les préceptes. Les préceptes nous permet de ne pas céder à la tendation, d’échapper à l’illusion, et d’accéder à la sagesse.

Lorsque les défauts grossiers sont évitées, l’étape suivante est plus difficile : se battre sans aucune pitié contre l’arrière-pensée égoïste, même si elle n’est qu’une apparition fulgurante. Une phrase tirée directement du Bouddhisme explique qu’on doit arrêter immédiatement, avant qu’elle ne soit formée, l’idée qui se trouve encore dans le subconscient mais dont on a déjà détecté l’intention mauvaise voire méchante, ainsi elle ne deviendra pas une dette karmique. Si l’on continue de suivre sa vilaine pensée, on concrétise l’idée mauvaise et la dette se forme. Cette étape est évidemment beaucoup plus difficile que d’arrêter de manger de la viande.

Par la suite, la pratique sera encore plus exigeante : il s’agit de chasser le démon caché dans le cœur. Le démon du cœur est généré par la dette karmique et il entraîne une dette karmique plus importante encore. Il survient seulement pour ceux qui sont déjà très avancés sur la Voie de la pratique. Il faut le dévisager et percer son image illusoire, et il n’y a que l’Eveil qui puisse éteindre le feu du démon du cœur.

Bien entendu, il n’est pas si facile de briser l’image illusoire. Afin d’y arriver, on a dans ce cheminement des concepts de pratique très elevés, tels que la suppression de l’Ego et la conscience persistante de l’Autre, l’abolition radicale du XIANG (Image illusoire), l’élimination de l’image illusoire des Êtres… Les études théoriques ne suffisent pas pour y arriver. Voici un exemple simple dans la vie quotidienne : devant une jeune et belle femme, les gens ordinaires ne voient que sa beauté, ils ne savent que l’apprécier ; mais les gens qui sont déjà avancés dans la pratique, par exemple à mon niveau, vont dire : mince, une dame céleste est descendue dans ce monde, à cause d’erreurs commises, il faudra bien travailler sur son cœur et sur son comportement, sinon elle ne pourra plus retourner au Ciel, c’est vraiment pitoyable. Je vois sa vie précédente, je recois ainsi plus d’information qui me permettent de mieux comprendre son histoire, c’est pour cela que je peux briser l’image de la beauté extérieure qui n’est qu’un « sac en cuir » (sac qui sert à contenir l’âme), et ne persiste pas sans l’image illusoire. Cette capacité de briser l’image illusoire est justement la Sagesse.

Combien d’hommes sont capables de reconnaître la vérité, d’abanonner l’argent et la célébrité ?  Si je le peux, c’est parce que je vois le samsara (courant des renaissances successives). Je vois que ce monsieur à l’âge avancé renaîtra en homme, et qu’il fera un métier de scientifique. Je vois que les riches sont ceux qui ont accumulé le Mérite pour le Bonheur pendant leurs vies précédentes, et que cette personne souffre beaucoup dans la vie à cause de multiples méfaits commis durant sa vie précédente. Je vois aussi que la vie actuelle n’est qu’un court instant de l’existence d’un homme. Ce qu’on travaille dans la pratique de la Voie est ce qu’on peut réellement enmener avec soi.

La richesse est exactement comme l’apparence d’une personne : si l’on l’obtient, c’est qu’il y a une cause, de même pour le contraire. Je vous donne un exemple : un alpiniste professionnel en pleine ascension sait combien l’énergie physique est précieuse, il la consomme exactement comme il faut pour chaque pas, le gaspillage est hors de question ; son sac à dos est aussi le résultat d’un calcul précis, il ne doit pas porter un peu plus ou un peu moins de charge ; et il sait qu’il faut impérativement atteindre le prochain gîte d’étape ou le prochain refuge avant qu’il ne fasse nuit au plus tard, ou juste avant l’arrivée d’une tempête de neige. En chemin, il voit des personnes se tromper d’itinéraire, d’autres regarder le paysage, et d’autres poursuivre des gazelles. Il leur dit de ne pas prendre ce chemin-là, de ne pas gaspiller de leur énergie et de partir vite, et aussi que les gazelles ne peuvent les sauver lorsque la tempête de neige arrive. C’est la différence entre ceux qui brisent l’image illusoire et ceux ne savent pas le faire. Pour briser l’image illusoire, il faut savoir accéder à la sagesse, celle-ci n’apparaît que dans le respect des préceptes et l’équanimité.

Le Cœur de la gratitude est le deuxième outil qui arrête la formation de la dette karmique. Il ne s’agit pas seulement d’un état mental, c’est aussi un outil, une méthode de pratique spirituelle. Dans les sentiments et les désirs de l’homme, chaque émotion et chaque intention peut entraîner une datte karmique, à l’exception de la gratitude : c’est le « seul » sentiment qui puisse empêcher la formation de la dette. Elle est également une arme puissante contre la cupidité, la colère et l’illusion.  C’est pour cela que vous aurez de moins en moins de dette lorsque vous vous habituerez petit à petit à regarder votre entourage et les choses de la vie avec le Cœur de gratitude.