Purifiez réellement votre cœur, repentez-vous  vraiment

Maître LU

Réfléchissez, combien de crime commettez chaque jour par votre esprit ? A quoi pensez- vous tous les jours ? La cupidité, la Colère et l’Illusion ! Le désir insatisfaisant, même quand on possède déjà une grande maison, on en veut une autre encore plus grande ; la voiture pareil, on possède déjà une qui est bien mais on en veut toujours une autre encore meilleure ; la femme également, on a une belle femme, mais passé un certain temps, on en préfèrera une autre plus jolie ; et pour le mari, les dames rêvent qu’il ressemble à SYLVESTER STALLONE. En réalité, même si vous étiez la Princesse Diana, cela ne vous aurait servi à rien, n’est-ce pas ? N’est-elle pas partie quand même ? Elle a profité des meilleures conditions du monde, dans la famille royale d’Angleterre, elle pouvait avoir tout ce qu’elle désirait. Mais elle est morte, et elle est moins chanceuse que vous, car vous vivez encore bel et bien. On ne doit pas se soumettre à la cupidité qui peut causer la mort. Combien de criminels se lancent dans le crime à cause de la cupidité ! Beaucoup de voleurs de banque perdent temporairement la raison lors de leur action, mais pourquoi leur arrive-t-il de perdre la raison ? Parce qu’ils n’ont pas de croyance, ils ne savent pas non plus qu’il y a des bodhisattvas au ciel qui les contrôlent, qu’il y a des fantômes du Monde en dessous qui vont les rattraper, ça se passe simplement comme dans un cauchemar.  Ils croient que personne ne sera au courant de leur vol, c’est pour ça qu’ils sont audacieux à ce point. Vous savez, beaucoup de policiers élucident des affaires criminelles grâce à leur intuition. Qu’est-ce que une intuition ? J’ai le pouvoir de voir, et je vous le dis : ce sont des morts qui reviennent aux policiers et les emmènent aux lieux du crime, et leur disent : « c’est ici que je suis mort ». Les cadavres attachés avec un gros caillou, noyés dans les rivières, sous la mer, normalement, on n’a aucun moyen de les retrouver, mais on les retrouve quand même. En réalité, ce sont les fantômes qui les y emmènent. Qu’est-ce que « LING XING[1] » ? L’homme a deux XINGs (Natures) : l’une réside dans vos réflexions, qui fonctionnent selon la loi du monde des Hommes ; l’autre est votre Nature initiale, ce sont les idées spontanées de cette Nature. Dans les films, on utilise souvent le montage pour montrer qu’une personne se parle à soi-même mentalement (un échange entre ces deux Natures). Par exemple, il se demande : « puis-je le faire ? » Une autre voix lui répond : « Tu ne peux pas le faire !» Cette voix est justement la Nature initiale de l’homme. Une voix qui dit, « nous le détruirons » ! Une autre : « tu ne peux pas le détruire ». C’est ça, la Nature initiale, le Cœur de Bonté, qui nous empêche de faire du mal. C’est ça que nous cherchons à retrouver par le biais de la purification du cœur et de la régularisation du comportement. Souvent, lorsque quelqu’un essaie de faire du mal, les autres lui disent : « Où est ton Cœur de Bonté ! » Mais à ce moment-là, qui sait où se trouve son Cœur de Bonté ? Rien qu’au restaurant à volonté, peut-on garder son Cœur ? Ayant dépensé 12,5 dollars d’Australie, on veut manger des plats à valeur de plusieurs dizaines de dollars ; jamais rassasié, on mange tellement, comme si l’estomac n’était pas à soi, et ensuite on va vomir dehors. (On rit fort.) Une personne qui agit ainsi ne le fait pas selon le Cœur de Bonté. Vous savez, celui qui est toujours joyeux connait le sens de la satisfaction. Un bol de nouille coûte généralement 8 dollars, parfois dans un restaurant mieux considéré, un bol comme ça coûtera facilement une dizaine de dollars. Au restaurant à volonté au menu de 12,5 dollars, ce n’est pas la peine de monter une montagne de crevette dans votre assiette ; d’ailleurs, les crevettes ne sont peut-être pas fraîches, vous aurez sans doute mal au ventre, ce n’est vraiment pas nécessaire de remplir son ventre à ce point. L’homme a du mal à se contrôler : s’il y a de bonnes choses, il a envie de les posséder, mais s’il n’y en a pas, il en a quand même envie.

Je vous dis souvent que les choses qui viennent naturellement sont réellement pour vous, ce que vous possédez après avoir multiplié les supplications ne vous appartient pas réellement. C’est comme quand on parle de l’amour, vous dépensez énormément d’énergie et de temps pour susciter les sentiments de la personne qui, tôt ou tard, vous laissera seul ; c’est quand elle vous apprécie naturellement que vous avez des liens karmiques en communs. Alors, qu’est-ce que le lien karmique ? Pourquoi, avant le mariage, est-on bien ensemble, mais après, ne fait-on que de se disputer ? En réalité, on a de bons liens karmiques comme on en a aussi des mauvais, les bons permettront un mariage, les mauvais également. Après le mariage, lorsqu’on n’a plus de bons liens, on va donc continuer seulement avec les mauvais qui restent. C’est comme avec la carte bancaire, au début ce que vous dépensez est sans crédit auprès de votre banque, mais lorsque vous avez dépensé tout ce que vous aviez sur votre compte, toutes vos dépenses seront débitées et vous aurez des dettes à rembourser.

Les enseignements de Bouddha dont je vous parle sont, en réalité, des principes de la vie à respecter. En étant homme, il faut savoir se maîtriser et ne faire que de bonnes choses, ce n’est que comme ça que vous n’aurez plus peur lorsque quelqu’un viendra frapper à votre porte, même pendant la nuit. Les jeunes d’aujourd’hui sont tellement heureux : vous avez tous des téléphones portables, comme c’est pratique. Mais comment profitez-vous de la facilité apportée par la technologie ? Aujourd’hui, appelez A, demain appelez B ; si son copain est avec elle, unetelle lui dit: « je vais me laver les mains », et elle va envoyer des SMS aux toilettes ; et son copain, vu que sa copine n’est pas là, sort tout de suite son portable et envoie aussi des SMS. Il n’a pas encore connu réellement sa copine, et elle n’a pas encore connu réellement son copain, mais ils pensent déjà tous les deux à faire la connaissance d’autres personnes. Si vous ne traitez pas sincèrement l’autre, vous n’aurez pas le cœur sincère de l’autre. Bodhisattva nous traite avec sincérité, nous devrions être sincères aussi envers Bodhisattva. Il y a des gens qui demandent alors : « Bodhisattva reste là debout, comment nous aide-t-il ? » Essayez alors. Vous posez la question parce que vous n’avez jamais essayé : essayez de réciter les soutras, de purifier votre cœur, de faire quelques bonnes actions, vous verrez si vous aurez de bons retours. C’est-à-dire qu’il faut agir vraiment. Ceux qui pensent souvent du mal des autres ont une expression particulière, voire le visage lui-même pas joli. Des hommes qui jouent souvent avec les femmes auront le visage marqué d’un air pas sérieux, qui leur donnera une impression de malhonnêteté et d’artificialité donjuanesque. Beaucoup de femmes s’habillent de façon séductrice. Mais aujourd’hui, les filles présentes au Hall de Guan Yin sont sombres, très sages, ça c’est la beauté naturelle. Maintenant, même pour les aliments, on préfère le naturels n’est-ce pas ? Certaines filles se maquillent tellement que leurs propres maris ne les reconnaissent quasiment plus. Le matin au lever, le mari lui demande : « Ah ! C’est bien toi ? » Certaines, même quand elles restent chez elles, ont un maquillage très épais, et leurs yeux portent des couleurs très lourdes, ce n’est pas bien comme ça ! Nous préférons la beauté naturelle. Ce qu’on a de plus pur dans le Cœur, ça c’est le plus naturel, le plus beau. Pourquoi ce Cœur est-il le plus beau ? L’homme au cœur de Bonté possède le cœur le plus beau. Lorsqu’il ne trouve plus son cœur de bonté, ce qu’il fait ne sera plus beau.

Il nous faut d’apprendre le plus sincèrement possible les enseignements de Bouddha, suivre Son exemple, en diminuant le plus possible nos désirs jusqu’à n’avoir plus de désirs du tout. Plus on a des envies, moins on sera serein. Le désir est un gouffre sans fond. Une femme a vu que la villa de quelqu’un d’autre était très grande : de retour chez elle, elle le reproche à son mari : « Regarde la villa, qu’est-ce qu’elle est grande, alors l’appartement que nous habitons est trop petit ! » Elle est mécontente. Avant d’aller rendre visite à cette personne, elle croyait que son appartement était assez grande, un T3 d’environ soixante-dix ou quatre-vingts mètres carrés, plus un garage avec verrou, bien que celui-ci soit endommagé (RIRES). Elle ne comprend pas la sagesse : on est toujours joyeux lorsqu’on est facilement satisfaisable. C’est sans fin de se comparer aux autres. Voyez, elle ne pense pas aux difficultés que son ami a subies pour garder cette villa, il a fourni tant d’effort toute sa vie et il n’a qu’une villa maintenant ; d’ailleurs, il est encore criblé de dettes à rembourser. Invitée chez lui, il ne va pas le lui dire.

Ainsi, il faut élever notre raison à un plus haut degré. La raison, c’est-à-dire la compréhension des principes des choses, leurs fonctionnements. Ce n’est qu’ainsi qu’on est un être humain. Lorsqu’un quelqu’un nous donne un coup de pied, il ne faut pas se jeter dessus et mordre ; lorsque quelqu’un n’est pas gentil avec nous, nous ne devons pas l’insulter en retour. Nous qui suivons l’exemple de Bouddha, il faut savoir que nous ne devons jamais blesser les autres. Il nous a blessés, cette cause aura son effet sur lui, mais nous ne devons pas le blesser. Si nous faisons pareil que lui, nous serons tous « bonnet blanc et blanc bonnet », tous pareils.

Les jeunes présents ici aujourd’hui, sont venus de Chine, de Hongkong, de Malaisie, de Taiwan, d’Indonésie, et d’autres endroits encore. Fraîchement diplômé, cet ami (un jeune présent à la conférence) a trouvé un emploi au Ministère des finances d’Australie, alors que beaucoup d’autres, ont du mal à trouver du travail. Pourquoi, parce qu’il récite très bien les soutras. Encore un autre jeune : depuis deux ans qu’il était au chômage, il a enfin trouvé un poste aux Bureau des impôts après avoir commencé réciter les soutras.  L’homme ne peut pas vivre sans chance : s’il ne fait que fournir des efforts, sans opportunité, il ne pourra pas forcément réussir. Depuis toujours, combien sont ceux qui font de grands efforts, mais qui ne savent pas qu’ils n’ont pas cette chance ? Je vous le dis, le Bouddhisme n’est pas pessimiste, il est optimiste. Même si vous n’avez pas cette chance, vous devez aussi faire des efforts comme il faut, et même essayer d’en faire plus. Mais, retenez cela : seule votre propre force compte, et ce sera très, très difficile. Beaucoup sont ceux qui souffrent du cancer à cause des mauvaises actions commises auparavant ; ils se repentissent, ils récitent les soutras, et maintenant, leur santé s’améliore sans cesse. Un auditeur m’a montré sa fiche d’examen médical qui confirme que je l’ai aidé trois fois. Au début, après les récitations des soutras, sa santé s’est améliorée et il les a arrêtées. Une fois arrêtées, sa santé s’est dégradée et les trois indices du cancer de trois endroits de son corps ont remonté, il s’est dépêché de reprendre les récitations et maintenant, il est entièrement guéri. On parle bien d’un cancer, et même la bactérie qui a causé le cancer a disparue complètement. Il m’a montré sa fiche, que je vous montrerai aussi plus tard, pour que vous compreniez : si l’on croit au miracle, il existe réellement ; alors que si on n’y croit pas, il n’existe pas (pour soi). Quand vous croyez à une chose, elle va apparaître ; quand vous n’y croyez pas, elle ne va pas apparaître devant vous. Par exemple, il y a maintenant beaucoup de choses dans l’air que vous ne voyez pas, comme l’air lui-même, les  bactéries, les ondes, etc. Or, existent-ils réellement ? Oui ! Lorsque vous y croyez, c’est comme si vous aviez maintenant un poste de radio, et que dès que vous l’allumez, vous receviez la musique et les chansons diffusées. Si vous n’y croyez pas, vous dites : « Comment peut-il exister de la musique dans l’air ? Sans blague ! » C’est parce que vous ne possédez pas un telle radio, vous ne pourrez bien sûr ni l’entendre ni la voir. C’est ce que vous devez apprendre.

L’homme doit réduire un peu son désir. Aujourd’hui, je suis très content de pouvoir encore m’habiller comme ça ; je suis satisfait de mon physique aussi (rire) ; je suis déjà tellement chanceux de me réincarner en être humain. Regardez les chiens, les singes dont on s’amuse, les animaux : qu’ils sont pitoyables ! Ils ont tous une âme. On ne doit pas tuer un chien ; quand les gens tuent un bœuf, il sait pleurer. L’homme doit avoir un cœur de Bonté : soyez gentils. Si vous n’êtes pas gentils, il n’y aura pas de différence entre vous et un animal. Il ne faut pas faire tout ce que vous voulez à votre gré, il faut apprendre à vous maîtriser, apprendre à être quelqu’un de bien.

Il y a une chose qui me plaît beaucoup, chaque fois, lorsque les jeunes viennent écouter ce que je raconte, c’est qu’ils comprennent toujours quelques choses, et beaucoup d’entre eux changent peu de temps après, certains vont jusqu’à réciter les soutras. La récitation des soutras peut vous aidez à rééquilibrer votre état d’esprit. La récitation du Soutra du Cœur vous permettra petit à petit de mieux comprendre les choses. Et la récitation du Soutra de la Grande Compassion augmente votre force. Certains garçons sont très timides, comme des filles : ils ont plutôt besoin de réciter le Soutra de la Grande Compassion, car ils ont souvent des problèmes mentaux/spirituels, notamment chez les autistes. Si on était un homme pendant sa vie précédente, et qu’on avait facilement commis des erreurs, dans cette vie on devient une femme. Beaucoup de femmes vivent durement dans ce monde, elles cherchent plus à se purifier leur cœur et à réciter les soutras ; par exemple, il y a plus de femmes que d’hommes ici présents. Souvent, les femmes sont plus gentilles que les hommes, après la récitation des soutras et la régulation de leurs comportements, elles se réincarneront dans un corps d’homme, et parfois, cet homme gardera encore un peut une trace de la femme, il fera encore des manières de femme. Lorsque les hommes ne font pas de bonnes actions et se réincarnent dans un corps de femme, cette femme garde un peu des allures d’homme. Voyez-vous, maintenant dans ce monde, beaucoup de gens ne ressemblent ni à un homme ni à une femme, les hommes ne ressemblent pas aux hommes, les femmes non plus ne se ressemblent pas aux femmes (rires), c’est la trace de leur vie précédente. Certains hommes sont trop féminisés, c’est parce qu’ils ne sont pas bien transformés (dans le Monde du dessous), ça, c’est aussi un problème.


[1] LING XING, 灵性 : le terme LING XING, dans le vocabulaire du Maître LU, désigne souvent  l’ « esprit-étranger » qui possède le même corps qu’un vivant. Dans le sens plus large, il signifie généralement des êtres vivant dans d’autres espace-temps que le nôtre.  Dans le contexte présent, l’interrogation étant suivi d’une explication sur le caractère chinois « XING » qui signifie la « Nature de l’Homme », nous suggérons que ce « LING XING » puissent avoir d’autres sens, et nous gardons par conséquent le mot en chinois tel quel.